Actualités

Depuis le 1er janvier 2022, le service régie technique qui s’occupait de la restauration de la ripisylve sur notre territoire est dorénavant fermé.
Pour rappel, tout riverain d’un cours d’eau est propriétaire des berges jusqu’à la moitié du lit. Il dispose d’un droit d’usage de l’eau mais également d’un devoir d’entretien, qui passe par la gestion de cette ripisylve. Tous les conseils concernant l'entretien de la ripisylve sont à retrouver sur la plaquette du SMSEAU : à télécharger ici.

Sur l’ensemble de ses bassins-versants, dans le cadre de travaux ou pour essayer de mesurer un impact (pollution ou autre), le SMSEAU met en place des indicateurs de suivi.

Ces indicateurs de suivi déployés sur le territoire sont de trois types :

1) Indice Poisson Rivière (IPR) : réalisation d’une pêche électrique sur une station représentative du cours d’eau dans le but d’inventorier les espèces de poissons présentes. Cette méthode d’inventaire est très peu invasive pour les poissons et surtout non létale. Un faible courant électrique parcourt l’eau permettant de récupérer les poissons à l’épuisette. Ils sont ensuite tous pesés et mesurés puis relâchés rapidement.

Pche lectrique

2) Indice Biologique Global Normalisé (IBGN) : prélèvement des larves d’insectes dans le cours d’eau grâce à un filet.

IBGN 1

3) Physico-chimie : mesure de paramètres physico-chimiques de l’eau, comme le pH ou la teneur en nitrates par exemple.

En combinant les résultats de tous ces indicateurs, il est possible de déterminer l’état écologique du cours d’eau. Ces indicateurs permettent de suivre le retour au bon état, objectif sur l’ensemble des bassins-versants, grâce aux actions entreprises par le SMSEAU.

Du 22 septembre au 13 octobre dernier, le SMSEAU a réalisé des travaux de restauration du Fessard à Oizé et du Pontvillain à Teloché. Leur réalisation a été confiée à une entreprise locale spécialisée, Aubel Environnement de La Chapelle-d’Aligné.

Pour un montant total de 31 000 €, ces travaux ont été financés à hauteur de 80% par l’Agence de l’Eau Loire-Bretagne et la Région Pays de la Loire, à travers le Contrat Territorial Eau (CT Eau) Sarthe aval.

De tels travaux ont pour objectifs de diversifier les écoulements et les habitats du cours d’eau, pour permettre une meilleure oxygénation de l’eau. Par le rétrécissement de la largeur du cours d’eau et l’augmentation de la vitesse d’écoulement, la température de l’eau devrait également diminuer et les berges se trouver consolidées.

Avant Aprs travaux Fessard Oiz

En augmentant de cette manière la sinuosité du cours d’eau, ces aménagements participent également à la réduction des phénomènes de crues. Sur 300 mètres linéaires à Oizé et 800 à Teloché, des banquettes minérales ont ainsi été créées, en quinconce, dans le lit mineur du cours d’eau (voir figure ci-après).

Avant Aprs travaux Pontvillain Teloch

Dans le cadre du CT Eau 2021-2026, le SMSEAU continuera de déployer de telles actions sur l’ensemble de ses bassins-versants sur lesquels il exerce sa compétence GEstion des Milieux Aquatiques (GEMA).

Tout riverain d’un cours d’eau est propriétaire des berges jusqu’à la moitié du lit. Il dispose d’un droit d’usage de l’eau mais également d’un devoir d’entretien.

L’entretien passe par la gestion de la ripisylve (formation végétale riveraine d’un cours d’eau). Elle se compose naturellement de diverses essences qui poussent spontanément au bord des cours d’eau : saules, aulnes, frênes etc … Celles-ci doivent être maintenues au bord des cours d’eau autant que possible.

La ripisylve stabilise les berges grâce au système racinaire des arbres et ralentie les crues par effet de peigne. Elle permet une épuration de l’eau par absorption de certains polluants et limite le réchauffement de l’eau (jusqu’à 6 à 7 °C) ainsi que développement de la végétation dans le lit. La préservation de la ripisylve est également un enjeu de Biodiversité.

Il est déconseillé de planter d’autres essences (peupliers, bambous, thuyas ou lauriers palmes) qui ne permettent pas d’assurer toutes les fonctions essentielles d’une ripisylve naturelle.

L’entretien passe aussi par la gestion du bois en rivière (auparavant appelé « embâcle »), ayant également une importance capitale pour la Biodiversité : création d’habitats et diversification des écoulements et de la granulométrie. Celui-ci est un piège à matière organique pouvant être dégradée par les organismes du cours d’eau. Dans ce contexte, il doit être au maximum conservé, sauf dans les cas où il peut engendrer un risque d’inondation, au niveau des ponts ou d’autres ouvrages d’art, on en contexte urbain par exemple.

Tous les conseils concernant l'entretien de la végétation en bord de cours d'eau est à retrouver sur la plaquette du SMSEAU : à télécharger ici.

L’année 2020 était un peu particulière mais le SMSEAU a continué d’avancer dans la réalisation de ses missions sur les cours d’eau de l’Orne Champenoise, du Rhonne, de la Vézanne et du Fessard.

Deux études sont actuellement en cours sur nos bassins versants :

- Etude bilan des contrats territoriaux milieux aquatiques sur les bassins versants du Fessard, du Rhonne, de l’Orne Champenoise et de la Vézanne : bilan des actions menées par le SMSEAU sur ces territoires et élaboration du prochain programme d’actions,

- Etude préalable à la mise en place d’un contrat territorial sur les bassins versants de la Bujerie, du Renom, du Préau et du sous bassin du Riboux (affluent de la Vézanne) : diagnostic des cours d’eau et élaboration d’un programme d’actions pour les 6 prochaines années.