Actualités

Deux études sont actuellement en cours sur nos bassins versants :

- Etude bilan des contrats territoriaux milieux aquatiques sur les bassins versants du Fessard, du Rhonne, de l’Orne Champenoise et de la Vézanne : bilan des actions menées par le SMSEAU sur ces territoires et élaboration du prochain programme d’actions,

- Etude préalable à la mise en place d’un contrat territorial sur les bassins versants de la Bujerie, du Renom, du Préau et du sous bassin du Riboux (affluent de la Vézanne) : diagnostic des cours d’eau et élaboration d’un programme d’actions pour les 6 prochaines années.

Promulgué en 2011, l’arrêté cadre-sécheresse du Département de la Sarthe a pour objectif de définir les mesures de gestion à mettre en œuvre lors de situations de pénurie ou de sécheresse en vue de préserver la ressource en eau. Il découpe ainsi le département en zones d’alerte dans lesquelles s’appliquent des mesures de gestion progressives en fonction des débits observés dans les cours d’eau. Il existe quatre niveaux d’alerte (seuil de vigilance, seuil d’alerte, seuil d’alerte renforcée et seuil de crise), pour lesquels des restrictions d’utilisation de l’eau s’appliquent en fonction des usages (agricoles, domestiques, publics ,…). De ce fait, tout le monde est visé par ces restrictions : particuliers, entreprises, agriculteurs et collectivités.

Tourbières, marais, prairies humides, mares …  tous ces milieux sont aussi nommés zones humides. Qu’elles soient exploitées ou naturelles, ces zones se définissent comme des terrains gorgés d’eau de façon permanente ou temporaire. Ces milieux sont constitués d’une faune et d’une flore remarquables et apportent de nombreux services aux citoyens. En effet, véritables éponges naturelles, les zones humides se gorgent d’eau en période de pluie et restituent progressivement l’eau en période plus sèche. Elles jouent donc un rôle primordial dans la régulation de la ressource en eau et la prévention des crues.

Menacé par les activités humaines (remblaiement, drainage, retournement des parcelles, imperméabilisation …) et les changements globaux, ce patrimoine naturel fait l’objet de plusieurs mesures de protection notamment depuis la signature de la convention de Ramsar le 2 février 1971. Chaque année, en commémoration de cette convention, le 2 février est la journée mondiale des zones humides. Elle est principalement consacrée à la sensibilisation du grand public à la préservation des zones humides.

Si vous souhaitez entretenir ou restaurer une zone humide, le Syndicat est à votre disposition pour vous apporter tous les conseils nécessaires à la réalisation de votre projet.

Pour en savoir plus sur la réglementation appliquée aux zones humides : cliquez-ici

Pour en savoir plus sur les zones humides : cliquez ici

Le SMSEAU vient de lancer la consultation du marché public pour l’étude préalable des milieux aquatiques sur des nouveaux territoires : les bassins versants de la Bujerie, du Préau, du Renom et le sous-bassin versant du Riboux (affluent de la Vézanne). L’objectif de cette étude est d’améliorer les connaissances de ces bassins et de connaitre précisément les facteurs de dégradation des milieux aquatiques pour rédiger un programme d’actions sur 6 ans. Cette étude comprend également l’élaboration des documents réglementaires.

La fin de la consultation est fixée au 31 janvier 2020 et la durée de l’étude est de 18 mois.

Ces nouveaux territoires devraient intégrer le SMSEAU courant 2021.

Pour accéder au dossier de consultation : cliquez ici

Après plusieurs années à mettre en œuvre des travaux de restauration des milieux aquatiques, le Syndicat a lancé une étude courant 2019 afin d’évaluer la qualité de ces travaux et de programmer les actions à mettre en place dans les années à venir. Cette étude, réalisée par le bureau d’étude CERESA, comporte 3 phases :

  • Phase 1 : état des lieux et bilan des travaux
  • Phase 2 : définition des enjeux et objectifs pour les futurs travaux
  • Phase 3 : élaboration d’un programme pluriannuel d’actions de restauration des milieux aquatiques

La phase 2 de l’étude sera présentée et validée en Comité de Pilotage en début d’année 2020.

Débutés ce printemps, les travaux de restauration des milieux aquatiques ont été menés sur plusieurs communes du territoire jusqu’en octobre. Outre la restauration de la ripisylve réalisée par l’équipe en régie, ces travaux ont été réalisés grâce à la collaboration avec les propriétaires, les exploitants agricoles et les communes.

Ainsi pour protéger les berges des cours d’eau et la qualité de l’eau, 17 descentes aménagées ont été installées (accompagnées de la pose de clôtures) pour permettre l’abreuvement du bétail sans piétiner le milieu.

Le Syndicat a également mené des actions de restauration de la continuité écologique avec l’installation de 5 rampes en enrochement, 1 répartiteur fixe en enrochement et la suppression de 2 ouvrages.

Enfin, 1900 mètres linéaires de cours d’eau ont été restaurés par des techniques de génie végétal et minéral : renaturation de berges par la pose de fascines, restauration morphologique par l’installation de banquettes végétales, recharge granulométrique et diversification des écoulements par pose de blocs épars ...

Les techniciennes de rivières travaillent actuellement à la programmation des travaux pour l’année 2020.